Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Ou quand la réputation en ligne permet de faire des $$$

E-reputation Hington Klarsey

E-reputation Hington Klarsey

Prenez une ou deux minutes pour rechercher sur Google les termes « gestion de la réputation en ligne » ou « gestion de la réputation web ». En quelques secondes, vous aurez des dizaines de résultats, la plupart portant sur des offres d’entreprises vous proposant un service de gestion de la « e-réputation ».

La plupart des entreprises offrant ce service en ligne proposent un modèle d’affaires reposant sur le service-conseil ou l’assurance. Il faut donc faire une demande de soumission afin d’entrer en relation avec un employé de la compagnie. Pour nous amener à faire ladite demande, beaucoup de sites bombardent l’internaute d’informations ou de données statistiques afin de lui faire craindre pour sa réputation.

Ainsi, Hington Klarsey, une grosse boîte dans le domaine de la gestion de la réputation ayant des bureaux un peu partout en Europe, a même son propre blogue sur la e-reputation… et sur toutes les pages on retrouve, dans le menu de droite, le lien vers le formulaire de demande d’analyse de la e-reputation… Proposer la solution dès que le client potentiel a été informé d’un risque possible, c’est toujours bon pour les affaires!

Depuis quelques années, la gestion de la réputation en ligne a donc permis un essor dans un tout nouveau créneau : pour un particulier ou une entreprise, il ne s’agit plus seulement de gérer son image à travers les médias traditionnels, comme le ferait tout bon relationniste. Non, maintenant, il faut gérer son image à travers le Web, et cela prend des spécialistes!

Et un spécialiste, ça se paie…

Par exemple, pour « seulement » 9,90 € par mois, soit près de 150 $ par année, la compagnie d’assurance française SwissLife vous offre leur tout nouveau produit : l’assurance e-reputation :

« SwissLife met à votre disposition SwissLife e-reputation, une garantie complète qui vous protège, vous et votre famille en cas de diffusion, sans votre consentement, d’informations concernant votre vie privée via Internet »

E-reputation SwissLife

E-reputation SwissLife

Comme le soulève le quotidien Le Figaro, les assureurs veulent aider ceux qui n’ont pas su gérer leur image en ligne, soit en faisant pression avec des arguments juridiques, afin d’obtenir le retrait des données compromettantes, soit en faisant du « noyage » qui consiste à produire du contenu positif en masse et à le diffuser en ligne pour ressortir premier dans les moteurs de recherche, éclipsant par le fait même les résultats négatifs que l’on cherche à faire disparaître.

C’est un service qui peut sembler séduisant si on est un jeune professionnel ayant des frasques de jeunesse à cacher…

La gestion de la e-réputation, c’est aussi ici!

Plus près de chez nous, à l’Île des Sœurs, il y a Orenoque, qui offre des services de visibilité Web, comprenant un volet « gestion de la e-reputation ».

Et l’agence BCP recherchait l’an passé un spécialiste en gestion de la réputation en ligne et a affiché le poste sur le site d’Infopresse.

Un service nécessaire?

Je suis certaine que la plupart des entreprises qui offrent ce genre de services sont de bonne foi et font un excellent travail. Cependant, pour une compagnie qui semble sérieuse, il y en a toujours dix qui semblent sortir d’une boîte à surprise… Alors, réfléchissez : si le site de l’agence que vous consultez aurait besoin des services mêmes qu’il propose, peut-être est-ce un signe qu’il vaut mieux passer son tour? Avec ce genre d’entreprises, la question que l’on peut se poser est : que se passe-t-il si l’on annule le contrat? Risque-t-on de voir la compagnie avec laquelle on faisait affaire ressortir toutes nos photos compromettantes?

Croyez-vous qu’il s’agit d’un service vraiment nécessaire ou est-on mieux d’apprendre à gérer nous-mêmes notre réputation en ligne? J’aimerais vous entendre là-dessus! N’hésitez pas à poursuivre la discussion en laissant un commentaire!

6 avis sur « Le malheur des uns fait le bonheur des autres »

  1. Je ne connaissais pas votre site mais le lien vers le site d’Orénoque interactif me le fait découvrir😉 Voici en quoi notre offre est différente. Nous offrons aux entreprises une gestion «proactive» de la réputation en ligne. C’est bien beau de savoir ce qui se dit sur une entreprise, mais il est légitime et de bonne guerre pour une marque ou une entreprise d’occuper de façon proactive le paysage web public mis à sa disposition par le web 2.0: médias sociaux, sites de partage de documents, bookmarking social, etc.

    Notre approche de gestion de la réputation consiste à adapter différentes stratégies de référencement pour surclasser les résultats négatifs et les remplacer par des résultats plus pertinents et positifs pour votre l’image et la réputation d’une marque ou d’une entreprise.

    Grâce à notre expertise du référencement, nous utilisons un ensemble de tactiques et d’outils (micro sites, médias sociaux, blogues, communiqués, Wikis, profils d’entreprise, vidéos et autres médias) pour redonner à une entreprise toute la crédibilité qu’elle mérite.

    •  » C’est bien beau de savoir ce qui se dit sur une entreprise, mais il est légitime et de bonne guerre pour une marque ou une entreprise d’occuper de façon proactive le paysage web public mis à sa disposition par le web 2.0: médias sociaux, sites de partage de documents, bookmarking social, etc. »

      Je suis tout à fait d’accord avec vous! En effet, occuper le paysage web, de manière active et réfléchie, c’est un impératif pour toute entreprise qui souhaite être sur le Web aujourd’hui.

      Vous dites privilégiez les stratégies de « noyage » dans vos services. Considérez-vous qu’elles sont plus efficaces que les poursuites judiciaires (la compagnie d’assurance SwissLife, quant à elle, le propose…) ?

      Merci de nous lire!

      Catherine

    • Je viens d’aller consulter votre page Google+ .
      Le contenu que vous proposez est très intéressant et inspirant! Merci pour le lien!

      Catherine

  2. @Catherine Oui, pour le moment c’est notre offre. Nous sommes en marketing web et n’avons pas de juriste. Quoique… il peut être éventuellement intéressant d’ajouter cette corde à notre arc.

    Sauf en présence de jurisprudence ou d’une décision de justice, il est presque impossible de réussir à retirer une page de Google.

    Il est un principe qui dit que d’essayer de retirer une page des résultats de recherches risque en fait tout simplement de lui donner plus d’attention et de focaliser liens et articles vers celle-ci, et de finir par rendre les choses pires qu’elles ne l’étaient au départ (voir à ce sujet le cas de Barbara Streisand http://en.wikipedia.org/wiki/Streisand_effect).

    Voir mon article : http://www.orenoque.com/faconnez-la-reputation-en-ligne-de-votre-entreprise-avec-google-plus/

    • @Louis Durocher

      Attirer l’attention est, en effet, un risque non négligeable à considérer (cela arrive souvent dans le cas des vidéos YouTube : on publicise le fait qu’une vidéo a été retirée et tout d’un coup tout le monde veut la voir…). Finalement, le résultat est pire que si on n’avait rien fait du tout!

      Je vais aller lire votre article🙂

      Bonne journée,

      Catherine

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s