C’est l’heure de la consultation!

Bien souvent, une introspection peut être bien utile pour savoir si nous avons pris la bonne direction dans notre vie. Selon moi, peu importe s’il s’agit d’une entreprise, d’un individu ou d’un chien, c’est un très bon exercice. C’est pourquoi j’ai décidé qu’il était temps pour iMarque de s’en faire une, une introspection! Pourquoi? Parce qu’il semblerait, selon Camille A. de CaddE-Reputation, que le sujet de la Web-réputation soit un peu, beaucoup, trop populaire ces derniers temps. Tout le monde fait comme tout le monde, en utilisant les mêmes approches que tout le monde pour intéresser tout le monde… D’accord, vu de cette façon, il est normal que je me pose des questions! Non?

Est-ce qu’iMarque fait comme tout le monde? Regardons ça de plus près…

Toujours selon M. Alloing (pardonnez-moi si je me trompe dans le genre, mais dans l’élaboration de son « CV », les accords sont au masculin!) Bon je disais… Ah oui! Toujours selon Camille Alloing, 5 approches ressortent majoritairement des articles déjà publiés sur l’e-réputation :

  • Le prêt-à-porter;
  • La caméra de surveillance;
  • Le Darwin 2.0;
  • Le strass et paillette;
  • Le ravioli.

D’ores et déjà, je peux dire que nous avons succombé à l’approche de la caméra de surveillance. Mais voyons chacune d’entre elles de plus près.

L’approche du prêt-à-porter

Cette première méthode consiste à généraliser et à vulgariser, mais alors là, à l’extrême, de telle sorte que ça laisse croire à « mon oncle » George ou « ma tante » Rolande que ce qui fonctionne avec les géants de l’industrie peut fonctionner avec monsieur et madame Tout-le-monde. En gros, la solution est simple : les mêmes stratégies pour toutes les situations…

Après vérification, je suis heureuse de constater qu’iMarque N’EST PAS tombé dans le panneau de cette approche. Nous n’avons jamais insinué que tous les cas étaient identiques (si nous l’avons fait, ce n’est que très rarement) et nous en sommes fières!

L’approche de la caméra de surveillance

Cette seconde méthode insiste sur la surveillance de tout ce qui se dit sur nous sur Internet. Si nous ne le faisons pas, nous ouvrons la porte aux situations de crise, mais si nous le faisons et que la crise se présente quand même, c’est que nous ne le faisions pas correctement… Ça ne vous rappelle pas quelque  chose?

Eh oui! Nous sommes tombées tête première dans cette méthode! Pour notre défense, il est malheureux de constater qu’il s’agit, selon nos observations et nos connaissances en la matière, de quelque chose d’essentiel à vous partager. Trop d’individus n’en font encore qu’à leur tête et doivent durement en subir les conséquences. iMarque prêche l’éducation des pour et des contres à développer et à nourrir sa réputation dans le cyberespace et nous ne tenterons pas de modifier notre façon de faire!

L’approche Darwin 2.0

Je me suis personnellement mis les deux pieds dans cette méthode : si vous n’êtes pas présent sur le Web, vous n’existez pas. Je crois que cela dépend du point de vue de chacun d’entre nous. Mais je reste persuadé que plus les jours passent, plus les PME qui ne sont pas sur le Web auront de la difficulté à se faire connaître.

L’approche strass et paillette

Cette méthode vise à persuader l’auditoire que pour avoir une bonne e-réputation, il faut savoir « jeter de la poudre aux yeux » et jouer avec les évidences pour plaire à tout le monde dans n’importe laquelle des situations possibles. Personnellement, je crois qu’il s’agit ici de la pire approche qui soit. Non, mais, pensez-y deux secondes : si vous racontez n’importe quoi simplement pour vous faire remarquer, attendez-vous à ce que ça vous retombe sur le nez.

iMarque prône l’honnêteté et je puis vous assurer qu’avec tout ce que l’on retrouve sur le Net, c’est la meilleure chose à faire. L’expression « parlez-en en bien, parlez-en en mal, mais parlez-en » n’est plus de mise aujourd’hui.

Et pour finir : l’approche du ravioli

Je dois avouer ici que j’ai eu du mal à comprendre cette méthode. C’est une bonne chose puisque ça veut dire que nous ne l’avons pas utilisé, vous ne pensez pas? Bon, j’en ai finalement ressorti qu’il s’agit d’une approche quelque peu pêle-mêle, où tout peut être de la réputation sur le Web. Il faut savoir que ce n’est pas tout ce qui se retrouve sur Internet qui peut s’inscrire dans le secteur de la réputation. Le SEO, le SEM, la communication, le marketing Web, etc. NE SONT PAS de la réputation sur le Web, contrairement à ce que peuvent penser plusieurs auteurs sur le sujet. Ce sont toutes des stratégies pour AIDER à veiller et à améliorer votre réputation. Ne mettons pas tout dans le même panier, voulez-vous?

Avec iMarque nous essayons du mieux que nous pouvons de rendre le tout facile à comprendre, sans pour autant vous prendre pour des « imbéciles » (excusez mon propos).

Mais je voudrais savoir : y a-t-il quelque chose que vous n’avez pas compris ou connaissez-vous un aspect de la réputation sur le Web que nous n’avons pas abordez? 

2 avis sur « C’est l’heure de la consultation! »

    • Ça fait plaisir! Et merci à toi pour ton blogue! Je suis heureuse d’avoir vu dans le mille et de ne pas m’être trompée sur toi!🙂

      Au plaisir!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s